Deux visions

Le 01/12/2012

Raymond Depardon a parcouru la France pendant plusieurs années, depuis 2004, au volant de son fourgon, s’arrêtant au bord des routes pour réaliser ses clichés à la chambre photographique. Rien de spectaculaire : des panneaux, des vitrines, des routes, des arbres, des bâtiments. Un seul regard, le sien, et la volonté de laisser une trace de la France au plus près de ce qu’elle est aujourd’hui, au quotidien.

Quelle signification a aujourd’hui le travail de Depardon alors qu’il existe dans les serveurs de Google, peut-être des milliards d’images de quasiment l’ensemble des routes de France ? Google réunit depuis 2006, un nombre d’images qu’un seul photographe ne réalisera jamais, même au cours de toute sa vie.
Refaire ce parcours dans Google Street-View, sur les pas de Depardon, et mettre en parallèle les images prises à la chambre avec des captures d’écran, c’est mettre en perspective deux types d’images, deux intentions opposées, deux visions du monde.
Il n’est d’ailleurs pas impossible que le fourgon de Depardon et la voiture de Google se soient un jour croisés.

Cette expérience photographique de Raymond Depardon a fait l’objet d’une exposition (du 30 septembre 2010 au 9 janvier 2011 à la BnF), d’un film (« Journal de France » sortie 2012 réalisé avec Claudine Nougaret) et de deux livres (aux éditions du Seuil en 2010 et dans un format poche aux éditions Pointdeux en 2012).

C’est l’édition de poche qui m’a servi de guide.